En poursuivant votre navigation sur ce site, vous devez accepter l’utilisation et l'écriture de Cookies sur votre appareil connecté. Ces Cookies (petits fichiers texte) permettent de suivre votre navigation, actualiser votre panier, vous reconnaitre lors de votre prochaine visite et sécuriser votre connexion. Pour en savoir plus sur l'utilisation que nous faisons des données récoltées, cliquez ici. J'accepte

Pour réussir votre allaitement, un seul mot d'ordre: tenez bon!

Publié le : 29/03/2019 16:14:19
Catégories : Interviews et témoignages Rss feed

Dans notre série "Guerrières de l'allaitement", c'est au tour de Coraline de nous raconter son allaitement.
Poids qui stagne, bouts de sein et rythme imposé, pas toujours simple de gérer les débuts d'allaitement... Mais quand on ne lâche rien et qu'on est bien entourée, on finit toujours par y arriver!

100% team allaitement

"Moi c’est Coraline, j’ai 27 ans, je suis mariée, et j’ai un enfant de 6 mois, Caleb, qui m’a conforté dans toutes mes envies et démarches d’allaitement, d’éducation bienveillante, maternage. 

Durant ma grossesse est venu sur le tapis la question de l’allaitement. Pour moi, c’était une évidence. Je veux le meilleur pour lui, mon mari me suit et me soutient à 100%.

Femme enceinte - Allaitement

Alors j’épluche des livres, je fouine des heures durant sur internet et autres réseaux sociaux pour m’informer au maximum. 
Je me pensais parée pour affronter les petits désagréments, crevasses et autres. 

Et puis vient le jour J!

Premiers pas de maman

J’ai accouché le 7 septembre à 13h56. Mon accouchement a été parfait, je l’ai vécu comme une fin heureuse de ma grossesse pathologique. 

Donc à 14h mon fils était déjà au sein pour une merveilleuse tétée d’accueil. A ce moment, je me suis dit « c’est génial, l’allaitement c’est simple » 

J’ai été naïve.

Viennent ensuite les visites de nos familles, les demandes incessantes des sages femmes et auxiliaires « il tète bien toutes les 3h maximum ?» « il faut le stimuler, il ne tète pas assez longtemps » etc etc... Elles me stressaient et me mettaient une pression que je n’aurais jamais pensé subir. 

La 2ème nuit, j’ai subi mon premier pic de croissance. Dépassée, j’ai demandé de l’aide car après 2h de tétée Caleb hurlait encore.
Crying babyEt là, ni une ni deux : l’auxiliaire lui file une seringue de lait maternisé. Sans mon accord! Je n’ai réalisé ce qui c’était passé que le lendemain et ça m’a mise hors de moi. 

J’ai immédiatement demandé à ce qu’on sorte en anticipé le jour même. 

De retour à la maison, tout se passe bien. Tétées , câlins, portage à volonté. Puis visite des 1 semaine : Bébé n'a pas pris un gramme! Il est en économie d’énergie et a du mal à prendre le sein. 

On discute énormément avec ma sage-femme : elle est formée à l’allaitement et sait à quel point il est important pour moi de ne pas lâcher. 

Objectif : prise de poids!

On met en place un programme drastique, tétées toutes les 2h maximum si Caleb ne se réveille pas ou réclame pas, plus 50ml minimum de lait que je tire en même temps que la tétée.
On utilise des bouts de seins pour faciliter la prise et éviter qu’il ne se fatigue trop.
Bouts de sein en silicone allaitement

Ça a duré un mois. Un mois à subir un allaitement tellement frustrant et pas naturel. 
Au bout d’un mois, les résultats tombent. Il a pris 2kg!!! Là, je suis aux anges.

Maintenant, on s’attaque aux bouts de seins. On a du faire face à une belle confusion sein/tétine , mais un jour j’ai su qu’il en était capable. On a passé la journée au lit, en peau à peau avec sein à disposition et il l’a fait de lui-même : une tétée sans bout de sein. Durant 15 jours, nous avons surveillé la bonne prise au sein pour éviter les désagréments des crevasses. Et nous y sommes arrivés!

Se sentir soutenue pour ne pas baisser les bras

Et ma famille dans tout ça, me direz vous?!
Et bien au début, ils ne comprenaient pas forcément mon acharnement ni ma détermination. Hormis mon mari, ils m’ont tous plus ou moins dit à un moment d’arrêter. Que je me tuais à la tache. Qu’il fallait que quelqu’un prenne le relais. Mais non, je refusais catégoriquement. Heureusement que mon mari était là pour me soutenir, car j’aurais sûrement craqué. 

Alors oui, mon allaitement n’est pas « conventionnel », oui il n’a pas été naturel, oui on a eu besoin d’aide et ça nous a sauvé. 

Aujourd’hui, mon fils a 6 mois et notre allaitement continue. Et ce n’est pas prêt de s’arrêter! Maman allaitant son bébé

Un seul conseil : tenez bon!

Je ne suis ni gênée, ni mal à l’aise concernant mon allaitement, que ça soit en société ou en famille. Mon fils a ce qu’il y a de mieux grâce à mon lait. Alors si cela doit gêner ou déranger quelqu'un, je conseille à ces personnes de détourner le regard. 

Si je peux donner un conseil à toutes ses mamans en galère qui sont à deux doigts de craquer : Tenez bon, entourez-vous des bonnes personnes et vous y arriverez ❤️! "

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez gratuitement notre guide pratique de l'allaitement!