En poursuivant votre navigation sur ce site, vous devez accepter l’utilisation et l'écriture de Cookies sur votre appareil connecté. Ces Cookies (petits fichiers texte) permettent de suivre votre navigation, actualiser votre panier, vous reconnaitre lors de votre prochaine visite et sécuriser votre connexion. Pour en savoir plus sur l'utilisation que nous faisons des cookies, consultez les conditions générales d'utilisation du site. J'accepte

Le sommeil du nourrisson : comment aider bébé à faire ses nuits (1ère partie)

Publié le : 28/03/2020 07:16:03
Catégories : Etre mère Rss feed

J'ai eu une chance immense : mes enfants ont "fait leurs nuits" très rapidement. A un mois, mes trois petits anges avaient fait ami-ami avec le marchand de sable et je pensais en avoir fini définitivement avec les nuits sans sommeil.

J'étais malheureusement dans l'erreur la plus abyssale! A 8 mois, mon petit dernier a contracté une maladie assez sérieuse : un cytomégalovirus. Un nom barbare qui désigne le genre de maladie qui produit forte fièvre et épuisement prolongé, et qui perturbe tous les rythmes de l'enfant... En particulier le sommeil.

Mon fils se réveillait la nuit, 4 ou 5 fois, et bien sûr j'accourais pour le rassurer, inquiète que la fièvre n'ait de nouveau grimpé en flèche. Mais quand la fièvre a disparu et qu'il a commencé à se sentir mieux, les réveils nocturnes, eux, se sont installés. Pendant 8 mois, je me suis levée toutes les 2 heures ou presque, sans que la moindre amélioration ne se profile.manque de sommeil

Totalement épuisée, je vivais au radar, au point qu'un jour je me suis "réveillée" au milieu de la chaussée dans un concert de klaxons : j'avais traversé sans me soucier le moins du monde des feux de signalisation... avec les enfants!!

Cette mésaventure m'a permis de prendre le recul nécessaire et de réaliser qu'il allait falloir rapidement trouver une solution. 
Quelques jours plus tard, je suis tombée par hasard chez une amie sur un magazine qui traitait justement du sommeil de l'enfant, et suggérait que, pour réussir à "faire ses nuits", l'enfant devait d'abord s'endormir seul.

Depuis sa maladie, notre petit dernier ne s'endormait plus qu'en notre présence, à mon mari ou à moi, avec une main lui caressant doucement le dos. Nous avons donc décidé de revenir au rituel qui présidait au coucher avant cet épisode : histoire, câlins et bisous avant de sortir de la chambre et de le laisser seul pour s'endormir.
Le premier soir, mon fils a manifesté bruyamment son mécontentement, et pleuré un bon moment, avant de céder... et de dormir d'une seule traite jusqu'au lendemain matin!

Après ça, il a de nouveau dormi "comme un bébé". Une seule soirée difficile, c'est tout ce qu'il a fallu pour qu'il reprenne les bonnes habitudes oubliées pendant huit mois!Enfant endormi

Ces bonnes habitudes de sommeil ne sont pas innées : elles doivent être apprises.
NB : Lorsque de mauvaises habitudes s'installent, elles peuvent pénaliser le sommeil jusqu’à l’âge adulte. Bien des adultes peinent à s'endormir, ou à se rendormir et souffrent d'insomnies chroniques.
Il est donc primordial d'apprendre le plus tôt possible les bonnes pratiques, celles qui garantiront à bébé un sommeil de qualité, en quantité suffisante.

Cet apprentissage est l'objet du livre de Brigitte Langevin, Le sommeil du nourrisson, dont je vais vous parler ici. Le sommeil du nourrisson - Brigitte Langevin

Comprendre le sommeil de bébé

Le sommeil est un besoin essentiel de tout être humain. Si la quantité de sommeil nécessaire varie au cours de la vie, nous avons tous un seuil minimal en dessous duquel le manque de sommeil impacte radicalement notre vie.
Votre tout-petit, lui, a besoin d’énormément de sommeil pour être bien : 20h par jour environ au cours de ses premières semaines de vie, et pas moins de 15h lorsqu'il atteint ses 9 mois.
Bébé endormi

Après un premier chapitre consacré aux témoignages de parents qui ont testé, avec succès, la méthode de l'auteure, Brigitte Langevin entre rapidement dans le vif du sujet en posant les bases qui nous permettrons de bien comprendre le sommeil de notre tout-petit.

La structure du sommeil du nourrisson

Le chapitre 2 nous présente d'abord les 4 états de vigilance de bébé : 

  • Sommeil calme (quasi-immobilité du bébé, respiration calme et régulière) ;
  • Sommeil agité (mouvements oculaires rapides + légers mouvements corporels + visage exprime l’une des six émotions fondamentales : colère, joie etc.) ;
  • Éveil calme (rare pendant la première année de vie - quelques minutes à chaque fois) ;
  • Éveil agité (avec ou sans pleurs).
Eveil calme nourrisson
Eveil calme
Eveil calme nourrisson
Eveil agité

Chez le nourrisson, un cycle de sommeil dure entre 30 à 45 minutes.  Bébé peut, dès la naissance en enchaîner plusieurs, pour atteindre 2 à 4h de sommeil d’affilée. 

Le sommeil de nuit va s’allonger progressivement, pour atteindre un minimum de 6h consécutives autour de 8 semaines de vie.
Le sommeil de jour s’organise plus tard en 3 périodes de sieste (matin, début et fin d’après-midi).

L’objectif du parent est d’apprendre (et de permettre) à bébé à enchaîner les cycles pour dormir de plus en plus longtemps pour couvrir ses besoins de sommeil très importants. Ces besoins sont abordés en détail dans le chapitre 3.

Les besoins en sommeil

Beaucoup de parents présument, à tort, que leur bébé dormira en fonction de ses besoins : il en est malheureusement bien incapable! C’est aux parents de s'assurer que bébé dort suffisamment.
La quantité de sommeil dont il a besoin dépend de sa tranche d’âge et de son poids et sont résumés dans le tableau ci-dessous.

Durée moyenne de sommeil chez l'enfant selon l'âge
ÂgeNuitJourNb de siestes et durée
1 sem8 à 10h8 à 10hSommeil ponctué de nombreux réveils
1 mois8 à 10h7 à 9hDort durant des périodes de 3 ou 4h
3 mois9 à 12h5 à 6h réparties en 4, 5 ou 6 siestesDifférencie le jour de la nuit. S'il dort plus le jour que la nuit, il faut éviter toute stimulation la nuit et augmenter les stimulations le jour entre les siestes.
4 à 8 mois11 à 12h3 à 4h en 3 siestesSieste le matin, en début d'après-midi et courte sieste en fin d'après-midi.
9 à 17 mois10 à 12h2 à 4h en 2 siestesSieste en matinée et une autre en début d'après-midi.
18 à 23 mois10 à 12h2 à 3h en 1 siesteLongue sieste en début d'après-midi (entre 12h30 et 15h)
2 à 3 ou 4 ans10 à 12h1 à 2hSieste en début d'après-midi (entre 13 et 15h)
4 et 5 ans10 à 12h30 à 45 minDétente après le repas de midi sans obligation de dormir

Ces durées sont des moyennes et peuvent vous servir de repères. Toutefois, chaque bébé est différent et l'attitude de votre tout-petit doit être votre guide pour déterminer la quantité de sommeil dont il a besoin : un bébé qui pleure beaucoup et n'a aucun moment d'éveil calme dans la journée est généralement un bébé qui ne dort pas assez.

Un doute?
Pour vous aider dans vos investigations, Brigitte Langevin propose un questionnaire en annexe qui vous permettra d'évaluer efficacement si les besoins de votre bébé en matière de sommeil sont comblés.

Comment aider bébé à faire ses nuits?

L'objectif de tout parent en matière de sommeil doit être de favoriser l’autonomie, c'est-à-dire de permettre à bébé de s’endormir seul. Ainsi entre 2 cycles de sommeil (qui, rappelons-le, sont très courts - 30 à 45 minutes), il sera capable de se rendormir sans intervention extérieure et d'enchaîner les cycles sans problème pour atteindre des nuits complètes.

L'essentiel à retenir

Les conditions dans lesquelles bébé s’endort sont celles dont il aura besoin pour se rendormir à l’issue de chaque cycle de sommeil.
S’il s’est endormi dans vos bras, bercé par un doux mouvement de balancier, alors il aura besoin de vos bras pour replonger dans les bras de Morphée.
S’il s’est endormi au sein, le sein lui sera nécessaire à chaque micro-réveil.

Pour nous aider à mieux cerner les bonnes pratiques en matière de sommeil, l'auteure nous présente, dans le chapitre 4, 5 clés pour créer les conditions d'endormissement optimales.

Cinq clés pour aider bébé à faire ses nuits

 Coucher bébé quand il est encore éveillé

C'est la première des règles à retenir : Bébé ne doit pas être endormi lorsque vous le déposez dans son lit.S’il s’est endormi dans vos bras, bercé par un doux mouvement de balancier, il aura besoin de vos bras pour replonger dans ceux de Morphée. De même, s’il s’est endormi au sein, le sein lui sera nécessaire à chaque micro-réveil. Il peut donc être nécessaire de le réveiller (en changeant sa couche par exemple) avant de le mettre au lit.

Ne laisser bébé dormir que dans son lit

Là encore, il s'agit de garantir que bébé retrouvera des conditions d'endormissement identiques lors de ses micro-réveils. S'il s'est endormi dans la poussette, ou dans la voiture, et que vous l'avez ensuite transféré dans son lit, il sera incapable de se rendormir et le changement inexplicable d'environnement risque de l'angoisser.

Pour les premières semaines, choisissez de préférence un berceau assez étroit : bébé a pris l'habitude, pendant les derniers mois de la grossesse, d'être toujours en contact avec l'utérus de sa mère. Un espace confiné lui rappelle cette sensation et le rassure.Bébé endormi dans un sac d'appareil photo

Coucher bébé dans sa propre chambre

A partir de 3 ou 4 mois, bébé devient de plus en plus conscient de son environnement. Il est donc souhaitable qu'il puisse dormir dans sa propre chambre, ou, si cela n'est pas possible, de lui aménager son propre espace, isolé par un paravent ou un rideau par exemple, afin qu'il ait l'impression d'être seul.

Ce point est particulièrement important pour les bébés allaités : avec leur odorat extrêmement sensible, ils peuvent sentir l'odeur du lait maternel lorsque leur mère est à proximité.
Imaginez-vous essayant de vous endormir en respirant un doux parfum de chocolat... Pas vraiment les conditions idéales pour trouver le sommeil, pas vrai?
Il sera plus facile pour bébé de trouver le sommeil loin de toute tentation olfactive...

Coucher bébé dans l'obscurité

Afin qu'il retrouve des conditions de sommeil identiques de jour comme de nuit, tirez les rideaux au moment de coucher bébé pour sa sieste : il associera l'obscurité au sommeil et ne s'endormira que plus facilement. De plus, cela lui rappellera la sensation de confort et de sécurité de sa vie in utero.

Coucher bébé... et continuer à vivre!

Une fois bébé couché pour la sieste, ou pour la nuit, reprenez vos activités sans vous préoccuper du bruit ambiant. Pas question évidemment de faire des claquettes dans le salon pendant que bébé dort, mais pas question non plus de cesser toute activité pour atteindre un silence de cathédrale!

Les clés d'un apprentissage du sommeil réussi

L'apprentissage du sommeil ne se fait pas sans pleurs : si c'était le cas, sans doute que la plupart des bébés feraient leurs nuits beaucoup plus rapidement.
C'est parce qu'il est si difficile d'entendre son bébé pleurer que beaucoup de parents préfèrent sacrifier leur propre sommeil, parfois pendant des années, plutôt que de persévérer dans la bonne voie.

Pourtant, pleurer n'est pas forcément pour bébé un signe de souffrance. Il n'a pour ainsi dire aucun autre moyen d'expression : colère, frustration, inconfort, ou simplement fatigue sont autant d'émotions qu'il ne peut manifester qu'en pleurant et il est bon pour les parents de s'en souvenir, particulièrement en période d'apprentissage du sommeil.

Les clés pour apprendre à votre tout-petit à dormir comme un bébé? Confiance dans la méthode, front uni avec votre conjoint et persévérance!

Envie d'en savoir plus ?

Fausses croyances, doudou, tétine, signes majeurs de fatigue et surtout marche à suivre pour aider bébé à enfin faire ses nuits : tout ça et bien plus encore dans la deuxième partie de notre article sur le sommeil du nourrisson!

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez gratuitement notre guide pratique de l'allaitement!


Sweats d'allaitement cocooning

Le froid s'installe...

Allaitez bien au chaud avec nos sweats cocooning!