En poursuivant votre navigation sur ce site, vous devez accepter l’utilisation et l'écriture de Cookies sur votre appareil connecté. Ces Cookies (petits fichiers texte) permettent de suivre votre navigation, actualiser votre panier, vous reconnaitre lors de votre prochaine visite et sécuriser votre connexion. Pour en savoir plus sur l'utilisation que nous faisons des cookies, consultez les conditions générales d'utilisation du site. J'accepte

Le sommeil du nourrisson : comment aider bébé à faire ses nuits (2e partie)

Publié le : 28/03/2020 09:20:53
Catégories : Etre mère Rss feed

Voilà un sujet qui préoccupe tous les parents du monde : le sommeil de bébé.

Brigitte Langevin, auteure et conférencière québécoise, en a d'ailleurs fait l'objet de son livre intitulé Le sommeil du nourrisson, dont je partage ici les enseignements essentiels.Le sommeil du nourrisson - Brigitte Langevin

Dans la première partie de cet article, j'ai évoqué les besoins de sommeil du nourrisson en fonction de son âge, les bonnes pratiques à adopter, et les cinq clés essentielles pour accompagner bébé dans son apprentissage du sommeil (si vous l'avez raté, vous pouvez le retrouver ici).

Aider bébé à faire ses nuits

Connaître les bonnes pratiques en matière de sommeil est essentiel. Mais la connaissance ne suffit évidemment pas! Pour accompagner bébé vers des nuits complètes de sommeil paisible, il va vous falloir mettre en pratique tout ce que vous avez appris.
Les clés de la réussite pour l'apprentissage du sommeil? Confiance dans la méthode, front uni entre les parents et persévérance!

Apprentissage du sommeil : les clés de la réussite

 Confiance dans la méthode

C'est l'objet des diverses témoignages de parents présents tout au long du livre. Savoir que d'autres sont passés par là, avec succès, quoi de plus rassurant!

Bien sûr, il est tentant pour certains de penser que, dans leur cas particulier, cela ne marchera pas : sortir de sa zone de confort est toujours délicat et il semble parfois préférable de ne pas essayer.

Pour nous permettre de balayer nos prétextes, et remettre les choses à plat, l’auteure fait le point sur 21 fausses croyances sur le sommeil de bébé , dont 2 ont particulièrement retenu mon attention.

  1. Les bébés allaités tardent à faire leurs nuits.
    En fait, la différence tient dans le comportement du parent qui le nourrit. On l'a vu, si bébé s’endort en tétant, il ne peut se rendormir qu’en tétant : il aura donc besoin du sein (ou du biberon) pour se rendormir.
    NB : après l’âge de 12 à 14 semaines (poids de 6 ou 7 kgs), la faim n’est plus en cause dans les réveils nocturnes.
  2. Un bébé que l’on tient éveillé le jour s’endort plus facilement le soir et dort plus longtemps.
    C'est, en réalité, tout le contraire : s’il est épuisé, il aura d’autant plus de mal à s’endormir et se réveillera plus fréquemment la nuit.
    NB : 2 points de repères pour savoir si bébé a assez dormi : Il s’éveille en gazouillant ET ne manifeste aucun signe de fatigue (gigotement incessant, incapacité à fixer son attention, bébé grognon…) durant l’heure qui suit son réveil.

L'auteure aborde bien d'autres croyances et préjugés qui nous empêchent souvent de prendre les bonnes décisions, comme le fait de croire que les bébés ont peur du noir, ou que les troubles du sommeil d'un parent se transmettraient automatiquement à son enfant.

Elle nous enjoint surtout à abandonner toute culpabilité : « Si vous étiez dans l’erreur et avez perpétué une habitude de sommeil inadaptée, changer cette habitude demandera évidemment un effort à votre bébé, et il va l’exprimer par des pleurs très forts. » A retenir : « L’apprentissage du sommeil n’est pas pénible; corriger une mauvaise habitude l’est. »

NB : Un bébé et une maman qui dorment suffisamment sont plus détendus et construisent plus facilement une relation épanouie.
Celles qui redoutent les dommages émotionnels causés à l’enfant et/ou à la relation si elles laissent l’enfant pleurer quelques minutes pour trouver le sommeil doivent se concentrer sur le bénéfice à retirer d’une meilleure qualité de sommeil pour tous les deux.

Pour les mamans allaitantes

Vers 6 semaines, l’allaitement est déjà bien installé.
L'absence de tétée pendant une période de 6h neprésente pas de risque pour votre lactation, bien au contraire : une maman reposée et détendue a plus de lait qu’une maman épuisée et stressée. (Voir notre article sur les effets du stress et comment le combattre efficacement.)

Vous êtes convaincu? Tant mieux! Reste à convaincre votre conjoint!

Front uni des parents

On le sait bien : "l'union fait la force". C'est particulièrement vrai quand il s'agit de parentalité.L'union fait la force

Si vous tentez d'apprendre le sommeil à bébé sans l'appui de votre conjoint, ou pire, en allant à l'encontre de son avis, il y a fort peu de chance que vous parveniez à un quelconque résultat.

Comme pour tout apprentissage, la perfection nait de la répétition. On l'a vu, il est primordial, particulièrement dans les premières semaines de l'expérience, de prodiguer à bébé des conditions de sommeil toujours identiques.

Si, lorsqu'il (ou elle) s'occupe de bébé, votre conjoint(e) fait fi de la méthode et rompt avec les habitudes que vous tentez de mettre en place, cela créera de la confusion chez votre enfant, et l'amènera à résister au sommeil de manière encore plus marquée.

Par ailleurs, nous sommes tous humains : même une fois la décision prise de manière ferme, il peut nous arriver d'avoir du mal à résister aux pleurs de notre tout-petit. Avoir le soutien de son partenaire, ou mieux, pouvoir lui passer le relais pendant les moments de doute, peut s'avérer essentiel.

Avant de vous lancer, prenez donc le temps d'en parler à votre conjoint, pour vous assurer que vous êtes sur la même longueur d'ondes et ferez front commun pendant la période de transition.

 Persévérance

Rome ne s'est pas faite en un jour. Si vous avez déjà essayé de changer une de vos habitudes (arrêter de fumer, manger plus sainement, vous coucher plus tôt...), vous savez que ce n'est pas chose facile, et que ça prend du temps.

La tradition du développement personnel veut qu'acquérir une nouvelle bonne habitude prenne environ 21 jours, mais vous avez de la chance : le cerveau de bébé est en pleine construction et cela joue en votre faveur!

Si vous respectez à la lettre les instructions données par l'auteure dans ce livre (méthode d'apprentissage au sommeil et stratégie des 15 secondes), et que rien ne vient perturber l’apprentissage (maladie de l’enfant par exemple), les nouvelles bonnes habitudes de sommeil devraient être prises en 5 à 7 jours.

Pouvez-vous imaginer pouvoir dormir 6 ou 8h d'affilée chaque nuit dans seulement une semaine?Bébé fait ses nuits

Voilà une perspective qui vaut bien quelques efforts, non?

Un petit coup de mains pour endormir bébé?

Avant de donner des précisions sur sa méthode d'apprentissage du sommeil, Brigitte Langevin fait le point sur les deux aides de camp du parent en quête d'un sommeil paisible pour bébé : le doudou et la tétine.

 Le doudou, un allié du sommeil de bébé

Un enfant sur deux possède un doudou. Loin d'être un simple jouet, c'est un objet transitionnel qui symbolise le lien entre la mère et l'enfant. Il console, réconforte et donne du courage à l'enfant et est donc un allié précieux du sommeil : vous en conviendrez, il est quand même bien plus facile de s'endormir quand on se sent en confiance et serein.

Le choix d’un doudou s’effectue vers 7 ou 8 mois.
Le parent peut tenter d’influencer le choix du doudou, en plaçant par exemple une peluche particulière (NDLR : que l’on possède de préférence en plusieurs exemplaires!) dans son berceau pour chaque dodo.
Doudou allié du sommeil de bébé

Le succès n'est pas forcément garanti : personnellement, je peux dire que mes enfants ont systématiquement jeté leur dévolu… sur un doudou autre que celui que j’ai essayé de leur imposer suggérer.

 La tétine, un faux ami du sommeil de bébé

Dès sa naissance, bébé a le besoin physiologique de téter. Ce réflexe, qui lui permettra bien sûr de rester en vie en ingérant suffisamment de nourriture, lui apporte également bien-être et réconfort.

Ne pouvant laisser bébé au sein ou au biberon toute la journée (et toute la nuit!), la tentation de lui donner une tétine peut être grand.

L’auteure conseille cependant de s’en passer.
La raison? Toujours la même : si la tétine fait partie des conditions d’endormissement habituelles de bébé, il en aura besoin lors de ses micro-réveils nocturnes… mais ne pourra s’en saisir tout seul que vers 3 ou 4 mois (à supposer qu’elle n’ait pas rouler hors de portée durant son sommeil).

A moins de souhaiter vous lever toutes les heures pour la lui remettre en bouche, il vaut donc mieux éviter de lui en fournir une en premier lieu. S’il ressent le besoin de téter en dehors des repas, il trouvera sans doute rapidement son pouce.

NB : Ce conseil va dans le sens de celui traditionnellement donné aux mamans allaitantes, pour éviter tout risque de confusion sein-tétine.

Apprentissage au sommeil

Maintenant que vous en savez plus sur le sommeil de bébé et les bonnes pratiques en la matière, il est temps d'entrer dans le vif du sujet : la méthode pas à pas pour apprendre à bébé à faire des nuits complètes.

Timing idéal : dès 6 semaines de vie, pour un bébé en parfaite santé et grossissant normalement.
NB : bébé est alors capable de rester environ 6h sans manger, ce qui constitue pour lui une "nuit complète".

Reconnaître les signes majeurs de fatigue

  •   Bébé grimace, fronce les sourcils, pleurniche?
  •   Ses mouvements semblent saccadés et incohérents?
  •   Il sert les poings?

C’est le moment de le mettre au lit!

Marche à suivre

En complément des bonnes pratiques déjà évoquées plus haut, Brigitte Langevin donne des précisions sur l'attitude à adopter pour accompagner bébé dans son apprentissage du sommeil :

  •   Prenez le temps d’informer bébé de vos attentes, avec gentillesse et conviction : en matière d'éducation, c'est une bonne habitude à prendre, quelles que soient les circonstances;
  •   Couchez bébé dans son lit dès les premiers signes de fatigue (voir encadré ci-dessus);
  •   Couchez bébé dans une chambre obscure et silencieuse et souhaitez-lui bonne nuit.

En cas de réveil nocturne :

  •   Attendez quelques minutes avant d’aller voir l’enfant, pour lui laisser l’occasion de se rendormir de lui-même;
  •   S'il pleure doucement, allez le voir sans préparer de biberon. Si vous allaitez, laissez papa prendre le relais pendant quelques nuits : en votre présence, bébé sent l'odeur de votre lait et il est dès lors illusoire d'espérer le rendormir sans lui offrir le sein;
  •   Tentez de calmer ses pleurs sans le sortir de son lit (main sur le ventre, paroles apaisantes...)
    Si vous n'y parvenez pas, prenez-le contre vous mais veillez à le remettre au lit dès qu'il s'apaise, avant qu'il ne s'endorme;
  •   Quittez la chambre dès qu'il est apaisé pour qu’il puisse se rendormir seul;

Quand bébé parvient à dormir toute une nuit (6h donc), félicitez-le chaleureusement : même s'il ne peut comprendre vos mots, votre ton et la chaleur de votre sourire le renseigneront efficacement sur votre contentement.

Mindmap apprentissage au sommeil du nourrisson

La stratégie des 15 secondes

Afin de vous guider de manière encore plus précise dans l'apprentissage au sommeil de bébé, Brigitte Langevin consacre le chapitre 13 à ce qu'elle nomme la "stratégie des 15 secondes".

L’auteure donne ici des instructions très précises sur la façon de procéder pour habituer en douceur votre tout-petit à s’apaiser et s’endormir sans votre aide : rituels à adopter, manière exacte de procéder mais aussi timing précis danslequel interagir avec l'enfant, rien n'est laissé au hasard.
Tout est indiqué dans les moindres détails, il vous suffit de vous en tenir au planning suggéré.Planning

La méthode peut sembler un brin contraignante, mais la promesse de résultat, déjà évoquée plus haut, est alléchante : si vous jouez le jeu, et respectez à la lettre les instructions données dans cet ouvrage (et à condition que rien ne vienne perturber l’apprentissage : maladie de l’enfant par exemple), les nouvelles bonnes habitudes de sommeil devraient être prises en 5 à 7 jours.

Si vous décidez de mettre en place cette stratégie pour aider votre nourrisson à faire ses nuits, n'oubliez pas les clés de la réussite, et particulièrement la persévérance : commencer, puis interrompre le processus avant que de nouvelles bonnes habitudes soient prises ne peut que créer la confusion chez votre enfant, et perturber encore plus son sommeil.

Faire et refaire ses nuits

On le sait, la vie n'est pas toujours un long fleuve tranquille, particulièrement avec un tout-petit. Les jours se suivent et ne se ressemblent pas et il peut arriver qu'une petite rechute intervienne.

Lorsque l'enfant est malade par exemple, la donne sera automatiquement modifiée, et les bonnes pratiques mises de côté pendant un temps.

Heureusement, une fois apprises, les bonnes habitudes de sommeil ne s'oublient jamais totalement. Quand l'enfant va mieux, réinstaurez les rituels, faites éventuellement appel à la stratégie des 15 secondes et tout devrait rentrer dans l'ordre rapidement.

Gérer l'angoisse de la séparation

Les bonnes habitudes sont prises, vous goûtez de nouveau aux joies de bonnes nuits de sommeil... quand soudain les choses se gâtent : bébé se met un jour à se cramponner à vous lorsque vous le laissez en garde? Il pleure à fendre l’âme en vous voyant disparaître? C’est l’angoisse de la séparation.

L’angoisse de la séparation survient généralement vers 7 ou 8 mois : l’enfant est en train de prendre conscience de son « moi », distinct de celui de sa mère. Il réalise qu'il est un être à part et que maman peut disparaître à tout moment.peur de la séparation

Si des réveils nocturnes apparaissent durant cette période, et après vous être assurée qu’il ne souffre pas (fièvre, froid, poussée dentaire…), rassurez-le sans le sortir de son lit : ce moment ne doit pas être trop agréable pour lui, sous peine de provoquer une insomnie conditionnée les jours suivants.

Prenez garde de quitter la pièce avant qu’il ne s’endorme, si vous ne voulez pas qu’il panique à son prochain micro-réveil en ne vous trouvant pas à ses côtés.

S’il pleure de nouveau, attendre une vingtaine de minutes avant de retourner le voir. L’essentiel est de conserver toute votre sérénité : si votre enfant vous sent angoissé, cela provoquera l’inquiétude chez lui, et il ne sera alors plus en capacité de s’apaiser pour s’endormir.
Si vous vous en sentez incapable, passez le relais à votre conjoint.

Dans tous les cas, gardez le cap : les bonnes habitudes perdues peuvent facilement être retrouvées, vous avez toutes les clés pour ça!
Et surtout rappelez-vous : pour vous comme pour bébé, le sommeil est une nécessité, non un luxe!

Mon avis sur ce livre

Concis (123 pages au format 15x15 cms), bienveillant et bourré de bons conseils, Le sommeil du nourrisson est un livre à offrir à tous les jeunes parents.
Si vous voulez aider votre tout-petit à faire rapidement ses nuits, vous pouvez vous le procurer ici.

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez gratuitement notre guide pratique de l'allaitement!


Robe d'allaitement Vanessa

Bientôt l'été!

Profitez des beaux jours en toute légèreté avec notre robe d'allaitement Vanessa.