En poursuivant votre navigation sur ce site, vous devez accepter l’utilisation et l'écriture de Cookies sur votre appareil connecté. Ces Cookies (petits fichiers texte) permettent de suivre votre navigation, actualiser votre panier, vous reconnaitre lors de votre prochaine visite et sécuriser votre connexion. Pour en savoir plus sur l'utilisation que nous faisons des cookies, consultez les conditions générales d'utilisation du site. J'accepte

Réflexe d'éjection fort : savoir le reconnaître et l'atténuer

Publié le : 14/10/2021 16:39:10
Catégories : Allaiter au quotidien Rss feed

Quelques minutes après le début de la tétée, Bébé crache, tousse, s'étouffe? Il pleure beaucoup et semble constamment grognon?Bébé grognon

Il est bien possible que la faute en incombe à un réflexe d'éjection fort (REF).

Dans cet article, je vous explique ce qu'est exactement un REF, et tout ce qu'il faut savoir pour le faire disparaître ou au moins aider Bébé à vivre avec.

Qu'est qu'un Réflexe d'éjection fort?

Le réflexe d'éjection

1. Abracadabra : le lait est là!

Vous êtes vous déjà demandé pourquoi le lait se mettait subitement à couler lorsque bébé tète?

Cela semble résulter d'une réaction purement mécanique : bébé aspire le lait comme le ferait un enfant avec une paille.

Et pourtant, c'est loin d'être aussi simple! Car si par hasard bébé lâche subitement le sein, vous pourrez observer ce phénomène surprenant : le lait continue à couler pendant plusieurs secondes, sans que bébé n'ait part à l'affaire!Réflexe d'éjection fort

Vous pouvez toujours essayer de reproduire ce résultat avec une paille : à moins de posséder des pouvoirs magiques susceptibles de vous envoyer directement à Poudlard, vous n'arriverez probablement à rien!

2. Le rôle de l'ocytocine dans le réflexe d'éjection

Le corps humain est une machine extraordinaire : le lait maternel, fabriqué dans des petites alvéoles à l'intérieur du sein entre les tétées, y est stocké patiemment en attendant que Bébé en ait besoin.

Sa libération est le résultat d'un processus chimique et mécanique complexe.

Les mouvements de la tétée (mâchoires, lèvres, langue) envoient d'abord des impulsions électriques au cerveau, qui, comprenant que Bébé est à l'oeuvre, libère deux hormones nécessaires à l'allaitement : la prolactine et l'ocytocine.Mécanismes d'éjection du lait maternel

Imaginez les alvéoles mammaires comme de petits sacs entourés d'une sorte d'élastique (appelé cellule-bande).

L'arrivée de l'ocytocine va provoquer la contraction de ces élastiques autour des alvéoles. Compressée, l'alvéole va alors expulser le lait qu'elle contient vers les canaux lactifères, petits "tuyaux" situés juste derrière l'aréole.

Vous pouvez alors sentir des picotements, une sensation de chaleur dans les seins avant que le lait ne se mette enfin à jaillir, vous apportant un soulagement bien agréable. Ce phénomène est appelé réflexe d'éjection.

Ce processus prend généralement quelques minutes : Bébé s'active d'abord énergiquement sur votre sein puis, lorsque le lait jaillit, sa succion devient alors plus lente et régulière. Il profite tranquillement du fruit de ses efforts.

En théorie... Car tout ne se passe pas toujours de manière aussi idyllique!

Votre réflexe d'éjection est parfois trop puissant pour Bébé, provoquant de nombreux désagréments.

Le réflexe d'éjection fort

On parle de Réflexe d'Ejection Fort (REF) lorsque le lait coule trop vite, trop fort, et gêne la déglutition de Bébé. Quelques minutes après le début de la tétée, il tousse, s'étrangle, avalant au passage une grande quantité d'air... La tétée n'est clairement pas un moment agréable pour lui, et par extension, pour vous.

Mais les conséquences du REF ne s'arrêtent malheureusement pas à un vague inconfort pendant la tétée. Il peut aussi être responsable de bien des problèmes pour Bébé.

Reconnaître le REF

Avant d'évoquer les conséquences possibles du REF sur la santé et le bien-être de bébé, il est important de savoir l'identifier. Une maman avertie en vaut deux!

Les signes du REF pendant les tétées

Il est tout d'abord important de noter qu'un réflexe d'éjection fort apparaît généralement une fois que l'allaitement est bien mis en route, quelques semaines après le démarrage.

Les tétées, jusque là fort paisibles, se transforment soudain est chemins de croix!

Le changement d'attitude de Bébé pendant les tétées vous mettra rapidement la puce à l'oreille :

  • quelques minutes après le début de la tétée, il s'étouffe, s'agite, tousse;
  • il lâche le sein, se jette en arrière;
  • il claque la bouche, et vous avez l'impression de sentir comme une morsure;
  • les tétées sont courtes et agitées, et Bébé réclame de nouveau peu de temps après.

Tous ces symptômes sont probablement dus au REF.

Le débit est trop fort, et Bébé est incapable d'absorber le lait qui jaillit en jets puissants. Un peu comme si vous essayiez de boire à un tuyau d'arrosage ouvert à fond!

Bon à savoir : il est tout à fait possible d'avoir un REF sur un seul sein. Bébé préfèrera alors téter sur l'autre sein.

Outre le côté pour le moins sportif des tétées, le REF peut également entraîner des conséquences peu réjouissantes, impactant directement le bien-être de Bébé.

Les conséquences du REF pour Bébé

En essayant de gérer le flux de lait trop abondant, Bébé avale souvent une grande quantité d'air. Son estomac est rapidement rempli (l'air prend la place du lait), ce qui explique les tétées écourtées. Selles explosives, coliques et RGO peuvent en résulter.

1. Selles explosives

Pour bien comprendre le lien entre le REF et la qualité des selles de Bébé, il est nécessaire de connaître la différence entre le lait de début de tétée, et le lait de fin de tétée.

En début de tétée, le lait maternel est riche en eau (pour assurer la bonne hydratation de Bébé) et en lactose.

En revanche le lait de fin de tétée, plus épais, est plus riche en acides gras, et nécessaire à une bonne digestion.

Si Bébé avale beaucoup d'air au moment de réflexe d'éjection, il a rapidement la sensation d'être rassasié. Il lâche alors le sein, et n'a pas accès au lait de fin de tétée.

Ces selles seront alors être nombreuses, très liquides et de couleur verdâtre.

2. Coliques

L'air ingéré pendant la tétée, combiné au manque de certains nutriments utiles à la digestion, provoque également une surabondance de gazs.

Bébé est ballonné. Agité, insatisfait, il peut pleurer de façon intense pour exprimer son inconfort. C'est ce que l'on appelle généralement des coliques.
Coliques nourrisson

Pour faire simple, Bébé a mal au ventre, et il le fait savoir bruyamment!

 Consultez notre article dédié pour en savoir plus sur les coliques .

3. Régurgitations et RGO

Enfin, l'air avalé au moment de la tétée peut ressortir par la bouche, entraînant avec lui une partie du lait contenu dans l'estomac. Ces régurgitations, si elles sont trop fréquentes, peuvent provoquer des brûlures au niveau de l'oesophage. Bébé souffre alors de Reflux gastro-oesophagien (RGO), qui pourrait avoir de sérieuses conséquences sur sa santé.

Il est donc primordial, une fois le REF identifié, d'essayer d'en déterminer les causes. En effet, le REF n'est pas toujours une fatalité, et peut dans bien des cas être atténué voire éliminer.

Pourquoi ai-je un réflexe d'éjection fort?

Un réflexe d'éjection fort peut être physiologique. Dans ce cas, on ne qu'aider Bébé à gérer le REF au mieux.

Mais il peut aussi provenir de causes externes : une mauvaise succion ou une production déséquilibrée peuvent provoquer un REF.

Dans ces deux cas, éliminer le facteur extérieur peut vous permettre de dire adieu au REF et à ses nombreux désagréments.

Mauvaise succion

Le corps humain est une machine extraordinaire, qui s'adapte au mieux, depuis des millénaires, pour garantir la survie de l'espèce. C'est notamment le cas pour l'allaitement.

Il suffit de voir comme la composition du lait maternel se modifie pour répondre parfaitement aux besoins changeants de Bébé pour en être convaincu. Lorsque le tout-petit est malade par exemple, le corps de sa mère lui transmet via son lait tous les anticorps dont il a besoin pour se défendre.

Et lorsque la succion de Bébé est défaillante, le corps de sa mère va également s'adapter pour qu'il ne manque de rien.

En effet, lorsque Bébé tète mal, il court le risque de ne pas recevoir suffisamment de lait, et de dépérir lentement. La Nature, toujours bien faite, a créé sa propre parade : le Réflexe d'éjection fort.

Pour compenser la mauvaise "transmission" du lait, il fait en sorte que le lait coule plus vite, plus fort, sans que Bébé ait à fournir les efforts nécessaires.

On peut d'ailleurs noter que es bébés dont la maman a un REF ont généralement des prises de poids supérieures à la moyenne.

Pour faire disparaître le REF, et ses conséquences fâcheuses (coliques, RGO...), il faut s'attaquer à la cause du problème de succion.

Mauvaise position pendant les tétées, tensions musculaires au niveau des mâchoires ou du cou, freins de langue ou de lèvres, les pistes à explorer ici sont multiples.

1. Une mauvaise position d'allaitement peut induire un REF

Dans les premières semaines de l'allaitement, vous avez trouvé vos marques, et appris à positionner Bébé pour la tétée. Toutefois, il peut arriver que vous ayez pris une mauvaise habitude, qui empêche votre tout-petit de téter correctement.

Une mauvaise position d'allaitement est, à ce stade, facilement identifiable, car elle s'accompagne généralement d'autres soucis, comme des crevasses à répétition.

En cas de doute, n'hésitez pas à réviser les 5 règles d'or pour une bonne position d'allaitement, ou à faire vérifier votre position par une consultante en lactation.

Si une mauvaise position était effectivement en cause, le REF devrait lentement diminuer une fois celle-ci rectifiée.

En attendant ce jour béni, vous pouvez recourir à nos astuces pour aider bébé à gérer le REF.

2. Le REF peut être du à des tensions musculaires

La naissance est un passage compliqué pour Bébé. Compressé pour passer dans le bassin, parfois tiré un peu trop brusquement pour sortir, il peut garder quelques séquelles douloureuses, dont il n'est pas capable hélas de se débarrasser tout seul.

Des tensions, au niveau du cou ou de la mâchoire notamment, peuvent l'empêcher de téter correctement.

Cela peut même expliquer un REF d'un seul côté.

Lorsque vous souffrez d'un torticolis, un côté est généralement bien plus douloureux que l'autre.

C'est la même chose pour Bébé : son cou peut être "bloqué" d'un côté, l'empêchant de téter confortablement sur un des seins. Votre corps s'adapte alors pour l'aider à prendre suffisamment de lait de ce côté.

Pour en avoir le coeur net, le mieux est de vous en remettre à un ostéopathe spécialisé dans le traitement des nourrissons.
Ostéopathe

Ce conseil peut d'ailleurs s'appliquer en dehors du REF, si Bébé est souvent grognon ou pleure beaucoup sans raison apparente.

Un bon ostéopathe pourra faire disparaître toutes les petites douleurs résiduelles, et permettre à Bébé de se sentir de nouveau bien dans son corps.

Il est essentiel de s'adresser à un spécialiste : votre consultante en lactation pourra vous aiguiller pour trouver l'ostéopathe idéal.

Une fois ce problème réglé, Bébé pourra téter normalement, et votre corps s'adaptera en atténuant son réflexe d'éjection.

3. Le rôle des freins dans l'apparition d'un REF

Les freins sont ces petites bandes de peau qui relient la lèvre aux gencives, et la langue au plancher buccal.
Frein de langue

Trop épais, trop courts, ou mal positionnés, ils peuvent empêcher Bébé de téter correctement.

Des freins de lèvres inadaptés ne permettront pas à votre tout-petit de retrousser ses lèvres autour de l'aréole. Il ne tètera alors que le bout du téton, provoquant des crevasses douloureuses.

Un frein de langue trop court empêchera Bébé de sortir suffisamment sa langue pour téter efficacement.

En cas de REF, il est essentiel de faire vérifier les freins par un professionnel qualifié. Beaucoup de pédiatres et de sage-femmes ne sont pas formés à la détection des freins de langue et de lèvres, et peuvent passer à côté du problème, comme en témoigne l'histoire d'Aurélie.

Souffrant de crevasses très douloureuses, elle a demandé à son pédiatre de vérifier les freins de son fils. Il lui a affirmé qu'il n'y avait pas de souci de ce côté.

C'est sa conseillère en lactation qui a par la suite identifié un frein de lèvre supérieur trop serré, et a mis fin au calvaire de la jeune maman.

Vous pouvez découvrir le témoignage de cette maman guerrière de l'allaitement ici.

Votre consultante en lactation pourra vous recommander un ORL spécialisé, qui procèdera, le cas échéant, à une freinectomie (terme désignant l'opération qui consiste à découper le frein de manière chirurgicale).

Une fois débarrassé du ou des freins gênants, Bébé pourra téter plus efficacement. Adieu douleurs éventuelles, adieu Réflexe d'éjection trop puissant.

Si aucune de ces pistes ne correspond à votre cas, il convient d'étudier la possibilité d'une hyperlactation.

Hyperlactation

Votre réflexe d'éjection fort peut résulter d'un déséquilibre de production : votre corps est trop zélé et fabrique trop de lait. Vos seins sont trop pleins et commencent à évacuer le lait à la moindre sollicitation, façon chutes du Niagara.
Chutes du Niagara

Il vous suffit parfois d'entendre un bébé pleurer dans la rue pour sentir aussitôt vos seins déborder.

Mécaniquement, la tension de vos seins crée une pression forte lors des tétées.

Les cellules-bandes (la sorte d'élastique qui entoure les alvéoles mammaires) font leur travail mais sur des alvéoles pleines à déborder. Comme si vous pressiez un ballon gonflé à craquer.

Le lait jaillit alors en jets puissants, et Bébé se retrouve complètement débordé.

Si c'est votre cas, il vous sera possible d'atténuer le REF, en diminuant votre production de lait.

Dès que votre production se sera adaptée aux besoins réels de Bébé, le REF disparaîtra naturellement.

Diminuer /Atténuer le ref

Eviter tous les stimulants

La première chose à faire si vous produisez trop de lait, c'est de vérifier que vous évitez tout ce qui pourrait booster votre production de lait. Votre corps est déjà trop efficace par lui-même, essayons ne pas lui apporter d'aide supplémentaire!

1. Fuir les aliments galactogènes

Certains aliments, appelés aliments galactogènes, sont connus pour booster la lactation.

En réalité, et contrairement à ce qu'on peut croire, les aliments galactogènes ne stimulent pas tant la quantité de lait produit que l'efficacité du réflexe d'éjection. Ce qui dans le cas d'un REF est bien sûr problématique.

La liste des éléments galactogènes est longue et regroupe malheureusement beaucoup d'aliments couramment utilisés dans notre alimentation moderne.

Il est évidemment très compliqué de les évincer complètement de votre régime alimentaire.

Gardez cependant cette liste en tête et essayez de les éviter autant que possible.

Liste des aliments galactogènes

  • Quinoa;
  • Carottes;
  • Fenouil;
  • Levure de bière;
  • Lentilles;
  • Blé;
  • Produits laitiers (lait, yaourt, crème);
  • Topinambours cuits;
  • Amandes,
  • Sésame,
  • Noix de cajou;
  • Pâte d'amande;
  • Dattes;
  • Avoine;
  • Orge;
  • Sarrazin;
  • Lait d'avoine;
  • Graines germées de fénugrec, de luzerne, de soja vert;
  • Tisanes : fenouil, cumin, anis vert, verveine, camomille.

Evidemment, les tisanes d'allaitement sont à fuir comme la peste!

Pas besoin de sortir votre carnet de notes préféré pour recopier cette liste : je vous ai préparé un joli PDF à imprimer, et à coller sur le frigo!
Cliquez simplement sur l'image ci-dessous pour le télécharger.

Liste des aliments galactogènes - allaitement

2. Eviter les stimulations extérieures

Outre l'alimentation, il convient d'éviter tout frottement/compression au niveau des seins. On l'a vu, le cerveau est sensible aux stimulations de cette zone et y répond en produisant notamment de la prolactine.

Cette hormone est, entre autres, responsable de la synthèse du lait dans les alvéoles.

Moins le corps en produit en dehors des tétées proprement dites, plus vite vous pourrez ramener votre production de lait à ce qui est nécessaire pour Bébé.

Pour cela :

  • Evitez les vêtements ou sous-vêtements serrés, qui peuvent comprimer la poitrine, et provoquer des frottements;
  • Bannissez les coquilles d'allaitement, qui peuvent sembler pratiques pour éviter les fuites mais stimulent le mamelon en permanence;
  • Evitez de vider vos seins tendus sous la douche : lorsque les seins se vident, le corps pense que Bébé tête, et va produire plus de lait en prévision;
  • N'utilisez pas de tire-lait entre les tétées.
    Votre production de lait s'adapte selon la quantité consommée par Bébé sur 24h.
    Le corps considère le lait qui sort de vous comme bu par Bébé et donc nécessaire. Il l'incluera automatiquement dans ses objectifs de production pour le lendemain!

Adapter votre production

Si, malgré toutes ces précautions, votre corps n'en fait qu'à sa tête, il existe deux moyens de le forcer à revoir la production de lait à la baisse, et, à terme, d'atténuer votre REF.

1. Appliquer de la glace entre les tétées

Pour produire du lait, vos seins ont besoin des éléments nutritifs contenus dans le sang. En diminuant ou ralentissant l'afflux sanguin dans la poitrine, vous empêcherez votre corps de produire plus de lait.

L'objectif n'est évidemment pas de supprimer toute production, mais simplement de produire moins.

Pour ce faire, vous pouvez utiliser la technique suivante :

  • appliquez des poches de glace sur votre poitrine pendant 30 minutes. Cela permettra de diminuer le flux sanguin. En l'absence des éléments essentiels à la fabrication de lait, le corps va se mettre en stand-bye.
  • retirez ensuite les poches de glace pendant une heure. La production de lait reprend, remplissant les alvéoles mammaires pour la tétée suivante.
  • recommencez l'opération, en alternant 30 minutes de glace et une heure sans glace jusqu'à la prochaine tétée.

Atténuer le REF grâce à des poches de glace

Pour vous simplifier la vie, il existe dans le commerce des poches de froid grand format, capable d'envelopper facilement la poitrine. 

NB: Prévoyez au moins 2 poches de glace pour tenir facilement les rotations, les poches devant être placées au congélateur au moins 2h avant de s'en servir.

2.Adopter l'allaitement par plages horaires

Si en appliquant cette technique vous ne constatez pas d'amélioration après une semaine, vous pouvez essayer la technique dite de l'allaitement par plages horaires.

Il s'agit de proposer toujours le même sein à Bébé pendant une période donnée, 3 heures pour commencer. Par exemple, vous décidez à l'avance que toutes les tétées entre 9h et 12h se feront sur le sein droit. Les tétées de 12h à 15h se feront ensuite sur le sein gauche et ainsi de suite.Diminuer le REF grâce à l'allaitement par plages horaires

NB : cela ne signifie absolument pas que l'on essaye de réduire le nombre de tétées ou la prise alimentaire de Bébé : on lui propose simplement toujours le même sein pendant une période déterminée.

Si le second sein devient trop engorgé, vous pouvez exprimer un peu de lait avec la technique du verre d'eau mais uniquement pour vous soulager. Ne vider surtout pas le sein, sous peine d'aggraver la surproduction!

Vous pouvez également, en prévention, utiliser les compresses froides comme vu précédemment sur le sein non sollicité.

L'objectif de cette technique est double :

  • Bébé va vider entièrement chaque sein alternativement, et bénéficier ainsi du lait de fin de tétée. Cela lui permettra d'avoir une meilleure digestion, et d'éviter coliques et selles explosives.
  • Le deuxième sein reste plein. Sans stimulation sur ce sein, le corps comprend que le lait produit n'est pas nécessaire, et va adapter progressivement la production.

Si la baisse de lactation induite n'est pas suffisante, vous pouvez progressivement allonger les périodes d'alternance, par tranches de 30 minutes. (3h30 par sein pendant quelques jours, puis 4h etc.)Allaitement par plages horaires pour lutter contre le REF

Vous pouvez aller jusqu'à 6h par sein pour les cas de surproduction les plus compliqués, en respectant bien la progressivité de 30 minutes à chaque augmentation.

Il est possible que votre REF ne soit dû ni à une mauvaise succion, ni à une surproduction de lait, mais bien simplement physiologique. Votre corps est fait ainsi.

Le REF s'atténue parfois naturellement au fil des semaines. Il y a donc toujours de l'espoir!

En attendant, quelques astuces simples peuvent aider Bébé à mieux vivre avec votre REF.

Aider bébé à gérer le ref

En attendant que votre réflexe d'éjection s'atténue, ou que Bébé apprenne à le dompter de lui-même, voici quelques astuces simples pour l'aider à mieux vivre avec le REF.

Tétées précoces

N'attendez pas que Bébé crie famine.

Les tétées chaotiques peuvent vous amener, même inconsciemment, à essayer de les espacer au maximum. Vous craignez d'avoir à revivre ces moments pénibles, et c'est bien normal.

Pourtant, cela risque fort d'aggraver les choses : un bébé affamé va téter goulûment, et provoquer un réflexe d'éjection encore plus puissant. D'autant que vos seins seront plus remplis, et la pression plus forte.

Pour éviter ça, prenez les devants : allaitez bébé lorsqu'il est calme, dans les premiers moments d'éveil par exemple.Moment d'éveil calme
En pleine forme, et reposé, il sera d'autant plus à même de prendre votre REF avec philosophie.

Tétées fréquentes

Dans la même logique, si vous souffrez d'hyperlactation, proposez des tétées plus fréquentes, en appliquant la technique des tétées par plages horaires.
Des tétées plus rapprochées permettront d'avoir des seins moins pleins. La pression sera moins forte et votre REF moins puissant.

Vider un peu le sein avant la tétée

Pour diminuer la pression, vous pouvez aussi exprimer un peu de lait avant la tétée, en évitant toutefois de stimuler vos mamelons. Pour cela, utilisez la technique du verre d'eau chaude.

Adopter une bonne position

Certaines positions aident à réduire le réflexe d'éjection fort. Il suffit de laisser la gravité jouer pour vous. Toutes les positions dans lesquelles la tête de bébé est située plus haut que votre sein peuvent fonctionner.

La position dite "position naturelle" (allongée sur le dos avec Bébé positionné sur vous, ventre contre ventre) est particulièrement indiquée.

Esquiver le REF

Dernière astuce : lorsque vous sentez le réflexe d'éjection arriver (sensations de picotements ou de pincement dans le sein), retirez doucement Bébé du sein.
Attention, ne tirez pas pour lui faire lâcher le sein : appuyez gentiment sur son menton pour lui faire lâcher prise.
Vous pouvez aussi glisser votre petit doigt entre ses gencives, et les écarter délicatement.

Prévoyez un linge pour couvrir votre sein et absorber le lait qui s'échappe en jets.

Une fois le réflexe passé, remettez tranquillement Bébé au sein. Il pourra alors téter sereinement sans être déborder.

NB : le réflexe d'éjection peut intervenir plusieurs fois au cours d'une même tétée. Ne vous laissez pas surprendre!

Vous voilà mieux armée pour faire face au REF. J'espère que les conseils donnés ici vous seront utiles, et vous permettront de passer plus sereinement ce cap compliqué.

Et si vous avez besoin d'un petit coup de pouce pour vous détendre et voir la vie du bon côté, n'hésitez pas à tester notre outil magique pour retrouver le sourire en à peine 15 minutes : un exercice de sophrologie entièrement gratuit, à consommer sans modération!

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez gratuitement notre guide pratique de l'allaitement!


Robe d'allaitement Vanessa

L'été arrive!

Profitez des beaux jours en toute légèreté avec nos robes d'allaitement fluides.