En poursuivant votre navigation sur ce site, vous devez accepter l’utilisation et l'écriture de Cookies sur votre appareil connecté. Ces Cookies (petits fichiers texte) permettent de suivre votre navigation, actualiser votre panier, vous reconnaitre lors de votre prochaine visite et sécuriser votre connexion. Pour en savoir plus sur l'utilisation que nous faisons des cookies, consultez les conditions générales d'utilisation du site. J'accepte

Alimentation casse-tête?

Beaucoup d'informations circulent concernant ce qu'on doit ou ne doit pas manger pendant l'allaitement : aliments interdits car trop difficiles à digérer pour bébé, altérant de manière désastreuse le goût du lait, ou encore nocifs à la lactation...Difficile de démêler le vrai du faux!
Tordons une bonne fois pour toutes le coup aux idées reçues et faisons le point sur ce qu'il en est vraiment.

Boire beaucoup d'eau

C'est sûr, allaiter donne soif.
Inutile pour autant d'ingurgiter 4 litres d'eau par jour, en espérant augmenter sa quantité de lait par exemple. On ne le dira jamais assez : la quantité de lait produite dépend uniquement de la demande de bébé.
Une seule règle donc : boire selon sa soif!

Astuce : Ayez toujours une bouteille d'eau à proximité pendant la tétée.

Aliments amis

Le fenouil, la bière sans alcool, la confiture de coings, les pommes, les pâtes de fruits contiennent des pectines au pouvoir galactogène. Ils sont donc très utiles si vous souhaitez produire plus de lait !

A consommer sans modération pendant les pics de croissance !

Astuce : En dehors des galactogènes, d'autres aliments peuvent se révéler très importants : ceux qui vous aident à faire le plein d'énergie!

Tout est permis

Contrairement aux croyances populaires, aucun n'aliment n'est déconseillé lorsqu'on allaite, à l'exception notable de l'arachide, qui peut provoquer très tôt des allergies chez le nourrisson. On évite donc les cacahuètes sous toutes leurs formes.
Pour le reste : Non, les choux et autres asperges ne donnent pas mauvais goût à votre lait. Seule une très faible part des saveurs des aliments passe dans le lait. De quoi apporter de subtiles nuances gustatives, rien de plus.

Exit également le fantasme de la mauvaise mère causant des coliques chez son bébé en buvant du jus d'orange ou en mangeant des plats épicés. Les coliques sont dues à l'immaturité du système digestif du nourrisson et se manifestent aussi bien chez les bébés nourris au biberon que chez les bébés allaités. Inutile donc de se priver de ce qu'on aime sans raison.
Seule exception notable : les produits contenant du lactose (Cf. ci-après).

Enfin, si vous êtes adepte du thé ou du café, sachez que rien ne vous interdit d'en prendre, à condition de se limiter à deux ou trois tasses par jour.
Attention également à la caféine contenue dans les sodas.

Alcool

Après 9 mois d'alcool zéro, on aurait bien envie d'un petit cocktail pour relâcher les tensions.
Mais attention : la concentration d'alcool dans le lait maternel est la même que celle du sang.
Et les effets nocifs sont multiples : pour le bébé, bien sûr, qui élimine l'alcool deux fois moins vite qu'un adulte et risque, si la prise d'alcool est régulière, des retards d'acquisition importants, mais aussi pour la lactation en elle-même. En effet, la présence d'alcool dans l'organisme de la mère diminue la production d'ocytocine, ce qui réduit l'éjection du lait. Avec pour conséquence un allaitement plus difficile pour bébé et pour maman.

Astuce : Si vous avez envie d'un verre, arrangez-vous pour le prendre pendant la tétée.
L'alcool met environ 1h à 1h20 pour passer dans le sang. Du moment que vous ne mettez pas bébé au sein dans les deux heures qui suivent, tout danger est écarté !

Glamformum - Guide pratique de l'allaitement

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez gratuitement notre guide pratique de l'allaitement!